Un livre à avoir dans sa bibliothèque : Les gastronomes de l’extrême, Bruno Fuligni

51NKBQeNttL._SY344_BO1,204,203,200_Les Gastronomes de l’extrême ou comment voir l’alimentaire sous un nouveau jour.

Éditions du Trésor – avril 2015 – 160 pages – 17€

Vous n’avez pas peur de l’inattendu et votre couardise ne vous étouffe pas ? Venez prendre place à la table des gastronomes de l’extrême : Marco Polo, Alexandre Dumas, Jules Verne et tous ces aventuriers du goût qui explorèrent les cuisines du monde.

Si pour certains l’art de la bonne chère se résume au pot-au-feu et au bœuf bourguignon, une lecture attentive de la littérature de voyage révèlent l’existence de curiosités régionales pas piquées des vers (encore que…). Une gastronomie humaine vaste et variée qui rappelle, en filigrane, l’idée que les mets se réinventent, s’enrichissent, se construisent et se déconstruisent sans cesse, est défendue dans cet ouvrage.
Tout se mange. Du foie de dauphin aux nageoires de tortues, des queue de caïmans aux cervelles d’antilopes… Encore faut-il s’émanciper de nos préjugés et de notre éducation occidentale.

Bruno Fuligni, en regroupant ces mots d’explorateurs qui témoignent de la richesse gastronomique mondiale, propose de repenser, avec intelligence, l’alimentaire. Il souhaite faire prendre conscience aux hommes qu’il existe un ailleurs gastronomique d’une richesse insoupçonnée.

Les témoignages d’aventuriers (tirés de leurs carnets de voyages, de leurs romans épiques…) prennent ici la forme d’essais culinaires ou encore de récits de souvenirs. L’étonnement et la subjectivité des auteurs est palpable et c’est l’amusement, le dégoût, la curiosité voir l’appétit du lecteur qui sont convoqués à travers ces extraits.

C’est admis, on apprend d’autant plus à connaître la culture particulière d’un peuple en étudiant ce qu’il mange. Dans cet ouvrage, Bruno Fuligni se fait héraut de ces nombreux voyageurs qui ont, à leur manière, participer à l’émergence de l’anthropologie alimentaire.

Le plus esthétique et original de l’ouvrage : la jaquette du livre (une illustration de Sergio Aquindo), une fois dépliée, se transforme habilement en un planisphère cocasse et instructif.

Avis aux bourlingueurs, ce livre vous est destiné !

Angèle Heinry

en savoir plus : site des Editions du Trésor

Laisser un commentaire