Le Noma à nouveau meilleur restaurant

Depuis 2002, la revue britannique « Restaurant » ( Acqua Panna et San Pellegrino) élit chaque année «les 50 meilleurs restaurants du monde» Près de 900 chefs et critiques gastronomiques du monde entier doivent désigner sept restaurants (dont trois étrangers) parmi ceux qu’ils ont fréquenté ces 18 derniers mois.

Controversé dans le monde gastronomique (quels critères à part l’expertise des critiques ?), ce classement sait faire parler de lui.
En plus de 10 ans d’existence, seuls 5 établissements ont obtenu le prestigieux titre de meilleur restaurant du monde. Le classement a longtemps été dominé par le restaurant espagnol el Bulli de Ferran Adrià (2002, 2006, 2007, 2008 et 2009) et c’est aujourd’hui la cuisine nordique qui a la cote.
Rendu public le 28 avril, le classement a consacré le restaurant danois le Noma de René Redzepi pour la 4e fois (déjà en 2010, 2011 et 2012). Situé à Copenhague, dans un ancien entrepôt des docks, ce restaurant possède deux étoiles au Michelin. Le Noma dispose également d’un laboratoire de recherche sur la gastronomie pour proposer des plats toujours plus innovants et en accord avec la nature.

Mais que mange-t-on dans le meilleur restaurant du monde ? Au déjeuner comme au dîner, vous pouvez déguster un menu composé d’une vingtaine de plats pour 214 euros. Pour accompagner ces mets il vous faudra ajouter une bouteille à la note que vous pourrez choisir dans la carte des vins. Richement fournie en vins français, il faut cependant noter l’absence des Bordeaux.

Concernant les tables françaises, cinq sont présentes ; le Mirazur de Mauro Colagreco (Menton, 11e place), et quatre adresses parisiennes avec L’Arpege d’Alain Passard (25e place), Le Chateaubriand d’Inaki Aizpitarte (27e place), L’Atelier Saint-Germain de Joël Robuchon (31e place) et L’Astrance de Pascal Barbot (38e place).

Eloïse EMERY

Menu à 214 euros :
Red currant and lavender (Groseilles rouges et lavande)

“Nordic coconut” (noix de coco nordiques)

Moss and cep (mousse de cèpes)

Cheese cookie, rocket and stems (biscuit de fromage, roquette)

Pickled and smoked quails egg (Oeuf de cailles fumé)

Caramelized milk and cod liver (lait caramélisé et foie de morue)

White cabbage and samphire (chou blanc)

Æbleskiver, lovage and parsley

Sea urchin toast (toasts d’oursins)

Burnt leek and cod roe (poireaux et cabillaud)

Apple and kelp (pommes et varech)

Shrimp and ramson (crevettes)

Radish and yeast (radis)

Beef tartar and ants (tartare de bœuf)

Egg and fresh greens (œufs et verdure)

Beetroot (betteraves)

Sloe berries and aromatic herbs (baies de prunelles et herbes aromatiques)

Cauliflower and pine (choux fleur)

Cream and horseradish (crème et raifort)

Wild duck (canard sauvage)

Pear and kale (poires et chou frisé)

Aronia berries and söl

Potato and plum (pomme de terre et prunes)

Three treats (trois plaisirs)


Plats sur la photographie (de gauche à droite) tous droits réservés

1ère ligne : red currants and lavender, “nordic coconuts” (warm vegetable broths served inside the root veggies), and reindeer moss that had a crisp, tempura texture and a light salty taste.

2e ligne : carmelized milk with cod liver; savory Æbleskiver (Danish pancakes); and cabbage and samphire (coastal grasses).

3e ligne : Chestnuts and lumpfish roe; urchin toast ; and tartare! 4e ligne : Wild duck with pear and kale; aronia berries and sol; and potato and plum

Laisser un commentaire