Vient de paraître : n°18 les Cahiers de la Gastronomie, Menu Fretin

couverture du numéro 18

Au sommaire de ce numéro, un dossier sur la cuisine du vivant et ses enjeux, un voyage à la découverte du riz et du tofu made in France.
Nous nous sommes intéressés aux « Carême » (le temps de jeûne et le grand cuisinier) ainsi qu’aux encouragements qu’adressait Édouard Nignon aux jeunes générations de cuisiniers.

Autres thèmes : Le mouvement des jeunes chasseuses au Japon, Stendhal : l’amour des épinards, l’Autruche.
Et bien sûr, l’actualité littéraire gastronomique avec une sélection de revues et livres étonnants, à dévorer sans modération.

Commander votre exemplaire : http://www.menufretin.fr/le-catalogue/a-la-une/numero-18/

A lire dans le numéro précédent : le dossier Art et Cuisine

La précédente livraison des Cahiers de la Gastronomie propose un précieux compte rendu des Rencontres François Rabelais qui se tiennent chaque année au mois de novembre à Tours à l’initiative de l’IEHCA. Un cahier central est ainsi consacré à la thématique « arts et cuisine » qui, si elle fait de plus en plus l’objet d’études, de rencontres voir d’exposition (cf. Cook Book, l’art et le processus culinaire au Palais des Beaux Arts de Paris du 18-10-2013 au 90-1-2014) n’en constitue pas moins un sujet de grand intérêt pour les professionnels comme pour les nombreux amateurs de bonne chère.
La cuisine et la gastronomie ne sont pas officiellement considérées comme un des Beaux Arts célébrés et soutenus par le ministère de la culture malgré l’inscription en 2010 du repas gastronomique au patrimoine de l’humanité. Le chef cuisinier n’est-il pas tour à tour chef d’orchestre en cuisine, peintre lorsqu’il conçoit son plat, acteur en salle…artisan maniant le geste et le feu à ses fourneaux.
Un riche dossier qui prolonge des rencontres stimulantes au cours duquel on découvrira la diversité des créations artistico-culinaires jusqu’aux implications juridiques spécifiques à la notion de droit d’auteur ou de propriété intellectuelle d’une recette.. par exemple.

Eloïse EMERY

Laisser un commentaire